Retour du froid et des gelées pour cette mi-décembre
Retour du froid et des gelées pour cette mi-décembre mercredi 12 décembre 2018

Après une première décade de décembre remarquablement douce, le froid fait son retour pour...

d'actualités

Chronique 1954

Ecarts à la normale 1954

Repères historiques

23 mars :l’abbé Pierre crée l’organisation humanitaire « Emmaüs »
8 mai : Dien Bien Phu tombe et l’occupation française du Vietnam se termine
3 août : mort de Colette
Toussaint sanglante en Algérie
28 novembre : Gaston Dominici est condamné à mort


Evènements météo marquants de l’année



Du 1er au 9 janvier : une première vague de froid accompagnée de neige concerne notamment le nord et le nord-est où les températures descendent en dessous de -10° , on relève -18° à Nancy et -16° à Strasbourg.


Du 22 janvier au 7 février (Pour plus de détails sur cet événement, CLIQUEZ ICI): une seconde vague de froid, beaucoup plus forte, concerne absolument toute la France - les principaux cours d’eau commencent à geler et une banquise se forme à Dunkerque.



Ce froid polaire atteint son maximum d’intensité entre le 31 janvier et le 2 février
où les vents forts rendent les conditions atmosphériques difficiles à supporter - on enregistre -25° à Luxeuil les bains, -21° à Mulhouse, -17° à Nancy, -16° à Reims et -13° à Paris mais au vent, le ressenti est plutôt de l'ordre de -25 à -50°.


A Paris, on ressort les braseros

La Loire gèle


Mer de glace à Dunkerque




C'est la banquise à Dunkerque

Cette vague de froid provoque une véritable hécatombe chez les sans-abris et un énorme élan de solidarité est lancé par l’Abbé Pierre. Les 5 et 6 février, le Languedoc-Roussillon est enseveli sous une extraordinaire tempête de neige - il tombe 85cm de neige en 2 jours à Perpignan mais également une quarantaine de centimètres à Carcassonne et 30cm à Montpellier.

 

Perpignan croule sous la neige




Perpignan est enseveli sous une couche de 85cm !





Couche de neige record à Perpignan



Impressionnante couche de neige aux Saintes-Marie-de-la-mer







La glace à Paris



Températures minimales du 1er février et températures maximales du 2 février 1954


La neige à Paris


La neige concerne également l'Algérie, notamment Medea



La Saône gèle à Chalon-sur-Saône

18 mai : l’hiver revient pratiquement - au cours de cette journée, des pluies diluviennes provoquent de graves inondations dans le sud-ouest, alors que la Bourgogne et l’Auvergne doivent se contenter d’une température de 5 à 8°.


9 juin : le jour de la St Médard est épouvantable - la pluie et la tempête balayent le nord de la France comme en plein hiver.


L’été 1954
est comme le précédent, c’est-à-dire très frais et très humide - au petit matin du 29 juin et du 8 juillet , les gelées blanchissent par endroits la campagne normande et champenoise - les 24 et 25 août sont des journées extrêmement mauvaises et presque hivernales - il fait parfois une dizaine de degrés en plein après-midi dans les régions du nord et du nord-est où la pluie tombe pratiquement sans discontinuer - de la neige aurait même été observée en Normandie mais cette information paraît douteuse; le phénomène étant semble-t-il impossible.



Analyse du 25 août 1954 et températures maximales


18 octobre : l’été fait une petite apparition mais il est trop tard - la température atteint 28 à 29° dans le sud-ouest et jusqu’à 26° à Paris.


8 décembre : une impressionnante dépression centrée sur l’Irlande provoque des vents très violents sur toute la France - les plus fortes rafales sont mesurées à Lyon avec 124 km/h mais les 100 km/h sont dépassés un peu partout, y compris dans les terres.


Nuit du 22 au 23 décembre : un terrible coup de vent balaye de nouveau l’extrême nord du pays - les rafales atteignent 150 km/h à Cambrai où la plupart des toitures sont arrachées.


Ecarts à la normale 1954